Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Michel Stefani

Autonomie : Parler contenu et affirmer que les Corses seront consultés

19 Mars 2022

Intervention de Michel Stefani au Conseil National du PCF vendredi 18 mars

En premier lieu je veux dire mon accord avec le rapport d’Igor. Mon intervention ne concernera que la Corse.

Nous nous félicitons que le calme revienne en Corse et qu’un dialogue soit ouvert.

Sans préjuger du relevé de discussions après les 3 jours passés en Corse par le Ministre de l’intérieur nous devons tenir compte des propos de Gerald Darmanin. Celui-ci envisage une autonomie pouvant aller jusqu’à un statut de type polynésien.

Il faut clarifier.

Parlons contenu en rappelant que les réformes institutionnelles ont été nombreuses depuis 1982 mais aussi que l’urgence sociale s’est aggravée. Les inégalités et la pauvreté se sont creusées sans cesse. La cherté de la vie s’est accentuée malgré les dispositifs fiscaux pour faire baisser les prix.

Il faut donc se concentrer sur la réponse aux préoccupations sociales : pouvoir d’achat, santé, logement, culture…

La Corse située ainsi dans l’article 74 de la Constitution (Melenchon a déjà dit oui) sortirait de l’ensemble métropolitain auquel elle participe depuis le 30 novembre 1789 jour ou elle a fait le choix d’adhérer à « la libre Nation française » selon la formule de Pascal Paoli.

En 1943 le peuple corse insurgé a confirmé ce choix en libérant son territoire du fascisme et en confirmant son attachement à la Nation.

C’est pour cela que la Corse n’est pas une région ultrapériphérique ou un territoire d’outre mer.

Qu’adviendra-t-il par exemple du code du travail dans ces conditions, sachant qu’en Corse trop souvent, il est bafoué ?

Alors que les salaires sont les plus bas de France, le patronat insulaire explique déjà qu’il ne peut augmenter les salaires.

On ne peut ignorer, de même, qu’Emmanuel Macron annonce le droit à la différenciation autrement dit la compétition entre les territoires métropolitains.

Oui il faut clarifier et ce qui est valable pour le code du travail l’est aussi pour l’éducation nationale, la politique de santé, la continuité territoriale, la fiscalité, le rôle et la place de l’administration et des services publics… le niveau de la solidarité nationale…

Ce débat ne peut être mené en quelques semaines, le ministre annonce un projet de loi en fin d’année. Les enjeux sont trop importants pour la Corse et l’unité nationale.

Il faut également exiger qu’à l’issue d’un véritable débat démocratique qui permette aux Corses de se prononcer en toute connaissance de cause, un référendum soit organisé.

Nous devons avoir une réflexion avec nos parlementaires, la direction nationale du Parti pour construire une réponse politique cohérente.

Lire la suite

La Corse est inquiète et plus que jamais elle a besoin de paix, de démocratie et de progrès social

16 Mars 2022

Les revendications portées ces derniers jours dans les manifestations par les différentes sensibilités nationalistes en concurrence sur « le terrain » inquiètent. L’idée s’installe qu’en définitive la « matrice de l’Assemblée de Corse » n’est plus le lieu où il peut se débattre calmement des questions politiques. Des interrogations légitimes surgissent au-delà des nationalistes sur ce que pourrait être dans ces conditions le contenu du dialogue ouvert pour « un cycle de discussions sans précédent » selon le communiqué du ministre de l’Intérieur.

La gestion erratique de la levée du statut de DPS d’Alain Ferrandi, Pierre Alessandri et Yvan Colonna, condamnés pour l’assassinat du préfet Erignac, se révèle aujourd’hui de manière symptomatique en n’ayant pas appliqué simplement le droit.

Dans les circonstances condamnables de la tentative d’assassinat contre Yvan Colonna, on comprend la colère et on partage l’exigence légitime de transparence et de vérité sur ce qui s’est passé à la Maison d’arrêt d’Arles. Le sens des responsabilités politiques aurait dû concourir à cette recherche plutôt qu’a un discours laissant entendre qu’il y a eu une manipulation de l’Etat dans ce tragique événement.

Le choix du « rapport de force avec l’Etat » s’est prolongé ainsi dans une surenchère dont beaucoup se demandent où elle s’arrêtera dès lors qu’une partie des organisateurs des manifestations violentes affirme qu’en 7 jours il a été obtenu plus qu’en 7 ans avec la représentation élue. Tout démocrate ne peut que condamner cette stratégie délibérée de guérilla urbaine accompagnée de slogans haineux et xénophobes mettant en danger des vies de toutes parts.

De même on se doit de condamner le saccage de l’outil de travail des agents des finances publiques de Bastia comme du Tribunal d’Ajaccio et de leur apporter un soutien déterminé. Aussi, il est inacceptable, et le ministre de l’Intérieur ne peut cautionner, que le député MoDem François Pupponi, soutien du gouvernement, vienne souffler sur les braises en disant : « l’appareil d’Etat, l’Etat français n’aime pas la Corse et par dessus tout les nationalistes ».

Ainsi on ne parle pas de l’urgence sociale, de la cherté de la vie en Corse, de la pauvreté grandissante, de la pénurie de logements sociaux, de la continuité territoriale et du service public, de l’incapacité à régler la question des déchets et de la hausse de la taxe afférente, des investissements nécessaires à la production d’électricité, mais d’une « réponse politique globale » à partir de la « reconnaissance juridique du peuple corse ».

Dès lors il faut clarifier le cadre politique de ce cycle de discussions et écarter d’emblée le scénario supposé d’indépendance. Car, il ne peut revenir qu’aux Corses d’en décider par référendum.

Du point de vue de « l’autonomie de plein droit et de plein exercice », si la légitimité de la majorité territoriale n’est pas contestable le contenu de cette revendication est encore trop imprécis pour affirmer que les électrices et les électeurs en votant nationaliste ont validé autre chose que l’énoncé d’un principe.

Par conséquent, le « cycle de discussions sans précédent » ne peut se concevoir dans le non-dit et les coups politiques. Cela implique qu’un bilan soit fait sur les compétences transférées jusqu’ici et l’exercice qui en a été fait, afin d’en tirer tous les enseignements sociaux, économiques et politiques.

Après quoi, il sera temps d’examiner les compétences nouvelles à transférer et en fonction de cette évolution institutionnelle de soumettre ces choix à la consultation du suffrage universel par référendum en respectant le résultat, ce qui n’a pas été le cas, après celui de 2003, pour la suppression des Conseils départementaux.

L’enjeu essentiel est celui de la solidarité nationale et de son niveau. C’est vrai de la péréquation tarifaire pour la facture de gaz et d’électricité comme pour la dotation de continuité territoriale et les dotations versées à la CdC. Ça l’est encore pour l’hôpital et l’ensemble des prestations sociales et familiales.

De même, il faut avoir la certitude qu’il n’y aura pas de recul du droit du travail alors qu’en Corse, trop souvent déjà, il est bafoué et que l’augmentation des salaires, beaucoup plus bas que sur le continent, est une nécessité à laquelle il est possible de faire face sans réforme institutionnelle.

Rappelons-le, les réformes institutionnelles précédentes ont accompagné l’aggravation des inégalités. Elles n’ont pas empêché la captation de la solidarité nationale et la cherté de la vie encore moins la domination économique du Consortium des patrons corses qui en est le principal responsable.

Avec la venue en Corse du Ministre de l’Intérieur, nous attendons que les principes démocratiques et républicains soient respectés. En ce sens, compte tenu de l’absence d’élu communiste à l’Assemblée de Corse, nous demandons que les représentants du PCF soient associés au cycle de discussion qui doit s’ouvrir.

Michel Stefani

Lire la suite