Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Michel Stefani

Avec le vote PCF FdG rassembler à gauche et reconstruire l’espoir contre la droite et son extrême, contre la politique gouvernementale

19 Mai 2017

Depuis quelques jours, il est devenu fréquent d’entendre et de lire sur les réseaux sociaux et dans la presse beaucoup de critiques sur le PCF, ses dirigeants et ses candidats. L’argument de poids qui justifie l’hystérie insoumise de quelques uns est tirée du journal Communistes du 11 janvier 2017 et du compte rendu de la réunion des secrétaires départementaux du PCF.

Cette phrase prononcée par Pierre Laurent affirmait une évidence ce jour là, s’agissant d’un accord aux législatives recherché mais improbable, puisque la FI avait fixé le 16 octobre 2016 lors de sa convention de Lille certaines obligations préalables pour délivrer des investitures notamment l’adhésion par la signature de la Charte et le rattachement des candidats à la FI.

Autrement dit la diversité politique des candidatures devait être gommée au bénéfice d’une seule formation politique la FI. Cette dernière ne tardera pas à publier, bien avant le 11 janvier 2017, une première liste de 200 candidatures émanant des groupes d’appui locaux y compris face aux candidats sortants PCF Front de gauche.

« Vous êtes le néant et la mort » rien que ça. JLM 2017 avec l’honnêteté politique dont il s’affuble aurait dû, avec cette fraternelle pensée à l'égard des communistes, refuser les 410 parrainages d'élus communistes dont le mien. La précision est nécessaire puisque le candidat FI dans la première circonscription de Corse du Sud dit que nous n’avons pas appelé à voter pour JLM 2017.

A Bastia le candidat, représentant départemental de JLM, reprend lui un tract que nous avons diffusé à 15 000 exemplaires appelant à voter JLM au premier tour de la présidentielle et ajoute la menace de nous conduire devant les tribunaux pour usurpation d’image. En effet il y avait deux photos sur le tract celle de JLM et la mienne. Me voila donc impatient de répondre à la convocation du juge pour ce crime de lèse majesté.

La même personne, à ce moment là peu choquée par ce tract, m’avait adressé un mail le 12 avril dans lequel était écrit : « Chers camarades, dans le cadre de l'élection présidentielle vous faites partie des soutiens à la candidature de Jean-Luc Mélenchon, nous vous proposons de participer comme délégués et/ou assesseurs pour les bureaux de vote de la Haute-Corse ».

Ce à quoi, j’ai immédiatement répondu : « Cher(e)s camarades, si il s'agit d'une demande à titre personnel, je serai comme à chaque scrutin au bureau de vote de Pietranera. Autrement si la demande est destinée au Parti il faut nous transmettre un formulaire signé par le mandataire départemental de JLM et nous nous efforcerons dans le peu de temps qui nous reste lundi est férié à faire le nécessaire partout ou cela sera possible ».

Dans ces conditions nous avons assuré une présence dans plusieurs bureaux de vote du département en mobilisant les militants communistes.

Aujourd’hui à la veille de la clôture des déclarations de candidature aux législatives nous ne pouvons que regretter l’absence d’accord national pour aller sous une même bannière à la bataille contre la droite et l’extrême droite et contre la politique néolibérale et antisociale de Macron.

Au mois d’avril comme au mois de janvier les rencontres nationales qui ont eu lieu entre la direction du PCF et celle de la FI n’ont pas abouti malgré l’insistance de Pierre Laurent à proposer un cadre permettant de rassembler à gauche le plus largement possible les forces susceptibles de s’opposer clairement à la politique de droite du gouvernement Macron.

L’objectif de « remplacer le PS », avec quelques parachutages moins spectaculaires qu’à Marseille, a prévalu. Il s’appui par ailleurs sur une démarche très ciblée là où le PCF à non seulement des sortants mais aussi la capacité de reconquérir des sièges voire d’en gagner. Voila comment les dirigeants de la FI ont conduit à cette impasse.

Elle fera peut être les beaux jours de la FI dans quelques circonscriptions mais certainement pas une majorité d’opposition privant Macron de celle qu’il lui faut pour conduire sa politique néolibérale et antisociale. Le 11 juin les candidats PCF Front de gauche seront, dans ces conditions, les seuls en Corse à permettre le rassemblement à gauche des forces populaires pour reconstruire l’espoir contre la droite et son extrême et contre la politique gouvernementale.

Michel Stefani

Lire la suite

Léo Micheli « Soutenir les résistants d’aujourd’hui ! »

17 Mai 2017

Au moment ou le leader de la FI voit dans l’histoire de notre Parti que la mort et le néant, l’un des trois dirigeants de ce Parti, entré dans la clandestinité pour préparer l’insurrection populaire du 9 septembre 43 et la Libération de la Corse, apporte son soutien aux candidats PCF/Front de gauche et montre la nécessaire continuité dans le combat de classe pour la liberté, la fraternité le progrès social. Le niveau n’est pas le même.

MS

« Je veux saluer mes camarades »

La Corse, terre de résistance, aura battu un triste record, celui d’avoir été la région de France où l’extrême droite est arrivée en tête au premier tour de l’élection présidentielle avec un niveau d’influence jamais atteint. Et celle aussi où elle a gagné plus de vingt points au second tour, atteignant ainsi près de 50 % des suffrages exprimés !

Voilà la Corse désignée, malgré son glorieux passé antifasciste, comme l’un des territoires de la République où s’expriment, honteusement et dangereusement, l’exclusion et la xénophobie. Cette situation impose à tous les démocrates une grande vigilance et la construction urgente de réponses politiques, sociales, économiques et culturelles adaptées.

Je veux saluer mes camarades Anissa-Flore Amziane, Marie-Jeanne Fedi, Nicolas Alaris et Michel Stefani qui ont accepté la mission utile et noble de continuer le combat pour le progrès social et les libertés démocratiques où ma génération s’était autrefois engagée. Ce combat pour « les spoliés de la terre » était celui de Jean Nicoli. Il est plus que jamais nécessaire. En Corse, tout particulièrement. Nos quatre candidats sont les résistants d’aujourd’hui. Ils sont la meilleure garantie contre les dérives populistes de l’extrême droite. Leur engagement donnera du courage à tous ceux qui désespèrent de l’avenir. La Corse, j’en suis sûr, entendra leurs voix et leur message.

Ajaccio-Bastia-Paris, le 8 mai 2017

Leo Micheli *

*Ancien résistant, dirigeant (clandestin) du PCF sous l’occupation fasciste italienne (1942-43), puis appelé à de hautes fonctions à la direction nationale du parti.

 

Lire la suite

Un véritable choix de résistance à l’extrême droite et à la politique ultralibérale.

3 Mai 2017

Pour la quatrième année consécutive depuis le 70ème anniversaire de la Libération de la Corse, l’ANACR de Haute Corse, Terre Corse, les retraités CGT Hte Corse, le PCF organisent à Porri avec le concours amical de la municipalité la Fête de la Résistance.

A la veille du second tour de la présidentielle et compte tenu du contexte cette initiative publique, qui donnera lieu à une conférence débat animée par Sixte Ugolini et Hubert Lenziani, prend une signification particulière s’agissant du combat contre l’oubli et la banalisation du fascisme.

Pour les communistes, fer de lance de la Résistance en Corse et de la Libération, revenir à Porri le lieu où la direction clandestine du PCF se réunira pour planifier l’action populaire, où était implantée l’imprimerie clandestine permettant de tirer les milliers de tracts nécessaires à la préparation de l’insurrection, participe de cette exigence de mémoire et de vigilance.

Le 7 mai l’extrême droite peut prendre le pouvoir dans notre pays et effectivement le danger est immense pour la Liberté et les valeurs essentielles de la République. L’époque de Vichy et de Pétain nous a instruits. C’est le message que les Résistantes et Résistants encore vivants nous délivrent.

Ce samedi 6 mai à partir de 9 h 30 à Porri, dans ce contexte si particulier, il sera aussi question de contribuer à la mobilisation pour s’opposer à l’extrême droite et l’empêcher d’accéder au pouvoir avec le bulletin de vote Macron le seul dont nous disposons pour ce faire.

Cet acte n’est en aucun cas une adhésion, il est un véritable choix de résistance à l’extrême droite et à la politique ultralibérale.

Michel Stefani

Lire la suite