Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Michel Stefani

Le gouvernement doit mettre en œuvre le blocage et le contrôle des prix en Corse

15 Février 2022

Les Corses, depuis 1986 et la levée du contrôle des prix, subissent les effets de la flambée des prix qu’ils s’agissent des carburants ou des biens de consommation courante. On approche le demi-siècle et le constat demeure : malgré les dispositifs fiscaux, normalement à l’avantage de l’automobiliste et du consommateur, les prix sont en moyenne plus élevés que sur le continent.

Les gouvernements successifs depuis le grand conflit social de 1989 et la réponse cinglante de Michel Rocard (« avec la Corse nous avons atteint le plafond de la solidarité »), aux dizaines de milliers de Corses alors dans la rue, aucun 1er ministre ne s’est préoccupé de cette situation et du fait que ni les réfactions de TVA, ni le franco port, inclus dans la dotation de continuité territoriale, ne permettaient à tout le moins de garantir des prix identiques à ceux du continent.

En Corse la vie est chère, très chère même et les salaires sont en moyenne inférieurs à la moyenne continentale. Cela aurait du justifier depuis longtemps que le gouvernement se préoccupe de l’usage fait de l’argent public et donc de la solidarité nationale à ce propos.

Rapport Prada, IGF, Autorité de la concurrence rien n’y fait pourtant il est question de captation de la solidarité nationale au détriment des automobilistes et des consommateurs. Alors oui il est temps et grand temps que le gouvernement agisse pour qu’enfin les services de l’Etat fassent rapidement toute la lumière sur la formation des prix en Corse, sur la captation de la solidarité nationale. Cela implique qu’immédiatement le gouvernement mette en œuvre simultanément le blocage et le contrôle des prix en Corse.

Michel Stefani

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article