Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Michel Stefani

Le Figaro, Kerdrel et sa chronique vomitive

4 Mai 2016

Yves Kerdrel du Figaro se livre à un exercice particulier en expliquant ce que nous sommes sensés devoir aux patrons du CAC 40. La contestation de la loi travail, écrite par le MEDEF, serait une « ineptie » formulée par « les attardés mentaux » du mouvement Nuitdebout.

La rémunération des Tavarés, Ghosn et autre Arnault, ils ne l’ont pas compris, n’est que justice sociale et le mécontentement des salariés de l’ingratitude à l’égard de ces Messieurs. Regardez ceux qui ont délocalisé et tenez vous tranquilles quand ces généreux patrons vous offrent de travailler et surtout évitez de parler des dividendes versés aux actionnaires ce serait outrageant.

Le gouvernement, selon ce plumitif du libre quotidien propriété de la famille Dassault, serait trop mou face à l’occupation de la place de la République transformée en une « immonde zone à défendre » qui plus est en période d’état d’urgence.

L’évacuation musclée de cette « ZAD » en plein cœur de Paris est une exigence délicieuse pour la bourgeoisie intransigeante dés lors qu’il s’agit de montrer aux yeux du monde entier que la capitale du pays des droits de l’homme reste ouverte aux flots de touristes et à la manne financière attendue.

Défenseur patenté de l’ordre capitaliste établi, le chroniqueur, également économiste libéral, n’hésite pas à prendre fait et cause pour les petits patrons en dénonçant ces « opposants déclarés à la loi El Khomri, nihilistes purs, et autres Français plutôt oisifs ».

Voila comment l’amnésie peut se transformer en une pauvre pensée politique quelques jours seulement après que le scandale des Panama papers ait révélé la pourriture du système financier et le volume de la fraude fiscale instituée à travers le monde et notamment en France.

Il importe peu dans le raisonnement si les multinationales du CAC 40 échappent quasiment à l’impôt sur les sociétés contrairement aux PME, si les plus fortunés dans notre pays font fructifier leur richesse à travers l’évasion fiscale, l’affirmation péremptoire tombe : « La France a toujours eu un problème avec ceux qui gagnent de l'argent ... ».

La France qui souffre du chômage, des bas salaires, des hôpitaux délabrés, du service public abandonné aux low cost, des logements sociaux insalubres et insuffisants, la « France d’en bas », pour se rappeler la fameuse phrase d’un 1er ministre de droite, peut effectivement à bon droit exprimer sa colère face aux conditions de vie qui lui sont imposées par ceux la mêmes détenteurs de fortunes colossales et véritables donneurs d’ordres à tous ces politiques dociles au pouvoir en alternance depuis 30 ans.

En conclusion de sa chronique vomitive, Kerdrel, par ailleurs directeur de Valeurs Actuelles, regrette que l’opposition ne se déchaîne pas plus « sur ces indignés qui prétendent transformer notre pays en une communauté d'amish ».

Michel STEFANI

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article