Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Michel Stefani

SNCM : Une solution publique proposée par la Région PACA

27 Octobre 2015

Dans un courrier adressé au président du Tribunal de commerce de Marseille Michel Vauzelle, président de la région PACA, propose un scénario public pour la reprise de la SNCM.

Cette proposition est consécutive au vote d’un vœu présenté par le groupe communiste Front de gauche de la Région PACA comme cela a été fait à l’Assemblée de Corse ou malheureusement seuls les élus du groupe communiste Front de gauche l’avaient voté au mois de septembre.

Le gouvernement et l’Exécutif de la CTC ne peuvent rester insensibles à cette proposition car elle permet d’écarter les offres privées financièrement insuffisantes entre 4 et 15 M€ pour des actifs estimés à plus de 300 M€ et socialement désastreuses entre 700 et 900 postes supprimés. Dans le cas contraire le bien public serait bradé.

C’est donc une chance pour éviter ce scandale d’Etat et garantir la pérennité de la SNCM et du service public de continuité territoriale. Il faut dans l’immédiat la concrétiser à travers la prolongation de la période de redressement judiciaire, la trésorerie de la SNCM est suffisante pour cela. La CTC pour sa part doit s’engager dans cette démarche et relancer la procédure d’appel d’offres de la DSP sur son périmètre de 2014 qui n’a pas été contesté par le Tribunal administratif de Bastia.

Ce choix permettrait de préserver le rôle régulateur de la puissance publique sur la desserte de la Corse et d’écarter le risque d’une main mise du patronat insulaire sur le transport de marchandises alors que celui-ci est déjà en grande partie responsable de la cherté de la vie en captant, au détriment des consommateurs, les réductions de TVA et le franco de port.

L’Exécutif de la CTC est encore à temps pour présenter une délibération en ce sens à la prochaine session de l’Assemblée de Corse.

Michel Stefani

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Michel Stefani 06/11/2015 14:37

Vous devez revoir vos classiques le service public dans notre pays s’est structuré à la libération conformément au programme du Conseil National Résistance. Donc rien de bolchévique. On pourrait parler de la Sécurité sociale mais ce n’est pas l’objet de cet échange.
Affirmer que les syndicats détournent l’argent public c’est comique quand dans une nuit l’Europe lève 450 milliards d’euros pour sauver les banques et le système financier en déroute en écrasant ensuite les peuples d’austérité.
S’agissant de la desserte d’un territoire insulaire, vous ignorez que le service public à l’année est effectué selon un cahier des charges établi par l’autorité délégante en l’occurrence la CTC à partir d’obligations de services fixant les fréquences et les capacités.
La desserte maritime de la Corse tous les jours dans les deux sens sur Bastia et Ajaccio au départ de Marseille et inversement nécessite quatre navires plus un navire de réserve. C’est pour vous donner une idée des moyens qu’il faut. Les amplitudes horaires (arrivée 7 heures et départ 19 heures) correspondent aux besoins exprimés par les transporteurs essentiellement.
Idem pour l’aérien un opérateur low cost qui met sur du point à point dans les périodes les plus lucratives 150 000 sièges et Air France et Air Corsica qui assurent 3 allers retours par jour sur Paris, Marseille et Nice au départ d’Ajaccio et de Bastia n’ont pas les mêmes contraintes économiques sociales et commerciales.
C’est pourquoi les délégataires perçoivent une compensation financière. Sans cela le service public n’existerait pas. Pour autant selon un prévisionnel découlant de la convention contractuelle le montant des recettes attendu en fonction du nombre de passagers estimé et de mètres linéaires pour les marchandises participe de l’équilibre financier de la convention.
La concurrence déloyale, à fortiori subventionnée, des low cost sur les segments les plus rentables prive les opérateurs délégataires de recettes substantielles. Cela s’appelle l’écrémage. En plus des subventions les low cost pratiquent le dumping commercial, fiscal et social au détriment des règles de pavillon. Sur trois ans les low cost ont détourné plus de 5 M€ de taxe de transport dus à la CTC.
L’avantage pour le passager est relatif car incertain. Car la régularité n’est pas garantie et la surtarification des bagages ou du service à bord est habituelle sans parler de la sécurité et du respect des normes environnementales… Enfin l’exemple de la Sardaigne est édifiant quand la régulation publique a disparu les tarifs ont explosé avec les low cost + 170 % pour les passagers.
Les 180 M€ donnés à Corsica Ferries auraient pu servir à faire baisser les tarifs sur la desserte de continuité territoriale sans détruire l’emploi et les opérateurs historiques SNCM et CMN qui respectent les règles de pavillon français 1er registre.
Dans le maritime comme dans l’aérien la déréglementation fait des ravages. En Corse des centaines d’emplois à statut sont menacés. Les chiffres sont connus 150 à Air France 800 à la SNCM sinon la totalité des 1500 CDI. Supposer que la CMN et Air Corsica seraient à l’abri est une douce illusion. Alors je choisi mon camp celui du progrès social non de la régression libérale.

Scubidu 06/11/2015 18:00

Je prends Corsica Ferries Ajaccio - Nice (132 € aller-retour avec ma voiture) demain matin. J'aurai bien voulu prendre votre cher compagnie blanche et bleue qui assure soit disant le service public mais elle ne dessert pas ce port...Il aurait fallu passer par Marseille, et pour la même prestation (et sans cabine!) ça m'aurait couté 266 € plus les péages et l'essence ! A priori les 100 millions d'euros par an qu'on leur donne ne suffisent pas ?... ça doit être ça votre service public... On peut clore le débat, moi je m'en tiens au faits et à la réalité, et pas aux idéologies ...Bon week end

Michel Stefani 31/10/2015 17:27

Vous avez raison avec l'argent public on ne doit pas tout faire notamment financer les compagnies low cost pour casser le service public et les opérateurs délégataires. Corsica Ferries a perçu 180 M€ de subventions en 12 ans Ryanair et Easyjet ont bénéficié de dispositifs identiques dans une moindre mesure. Nous savons que les low cost sont à l'origine du vol de la Taxe de transport. Cet argent public pouvait et pourrait être utilisé pour faire baisser les tarifs. La loi du marché est ainsi celle qui assure des profits privés disproportionnés qui casse l'emploi à statut et légalise le dumping fiscal et social. Elle ne profite pas au plus grand nombre. la continuité territoriale et le principe de franco de port comme les réfaction de TVA sont détournés par le patronat local qui ce faisant est pour partie responsable de la cherté de la vie en Corse. En revanche le patronat local ardent défenseur, comme vous, de la concurrence déloyale pour casser la SNCM et Air France se plein volontiers, lorsque il est directement concerné, du recours de plus en plus répandu à la directive européenne dite "de la main d'oeuvre détachée". Le dogmatisme ultralibéral est sans limite cela peut vous ravir moi je le combats. Pour conclure je ne vais pas dire que vous mentez mais que vous parlez de choses que vous ne maîtrisez pas ce qui rend votre propos stupide.

Scubidu 05/11/2015 11:51

Au nom de votre sacro saint intérêt public à la mode Bolchévique (retenons ici l'intérêt de quelques privilégiés), quand je veux aller à Toulouse au départ de Corse, si je passe par le système que vous préconisez, ça me coûte 450 € et il me faut 6 heures via Paris alors que si j'emprunte une compagnie Lowcost (le diable selon vous), il m'en coûte moins de 150 € aller retour pour 1 heure 20 de transport. Choisis ton camp "camarade " selon un terme qui vous est cher ! Il est où l'intérêt général là ???????? Ce sont vos propos qui sont stupides, face à une démonstration Cartésienne... Aujourd'hui, le trafic se développe grâce aux compagnies aériennes Lowcost et à la Corsica Ferries malgré toutes les tares dont vous les accablez. Tout est criticable bien sûr, et si le service peut et doit s'améliorer, il a le mérite d'apporter des résultats! Des centaines de milliers de touristes en plus (on sait que que le tourisme ne vous intéresse pas, vous préférez que l'argent tombe du ciel), et de nombreux insulaires qui peuvent aujourd'hui se sentir un peu moins prisonniers de transporteurs au principe dogmatique et corporatiste. On peut facilement aller voir un concert, de la famille, et ce plusieurs fois par an depuis que le transport s'est démocratisé. Les entreprises peuvent un peu respirer. Encore une fois, ce qui compte, c'est le résultat. En ce qui concerne le patronat local, si certains patrons sont criticables en effet, tous ne sont pas voyous, et précisément en ce qui concerne l'ETAT, c'est le pire patron et celui qui jusqu'à aujourd'hui a su prouver son inefficacité dans le domaine de la SNCM ! Dumping social et fiscal, vous n'avez que ce mot à la bouche, et le détournement de subvention depuis 30 ans opéré par un état voyou avec la complicité d'un syndicat voyou et au nom de la continuité territoriale qui plus est pour offrir un service plus que médiocre bafouant chaque année cette notion que vous brandissez à tout bout de champ. (là il ne s'agit pas de 180 millions en 12 ans mais de près 100 millions par an X 30 ans, sans compter les recapitalisation etc... !) Prenez une calculatrice si vous n'arrivez pas à faire la part des choses au premier coup d'œil ...
C'est pas non plus avec ça qu'on va payer nos retraites !

Scubidu 30/10/2015 19:26

Avec l'argent public, on peut tout faire Monsieur.
Le contribuable avec cette SNCM a payé pendant des décennies 2 fois ses traversées, une fois pour le billet (au prix fort) et une fois dans ses impôts pour chaque billet. Tout ça avec un service médiocre et 1 chance sur 2 de rester à quai. Arrêtez de parler de "continuité territoriale", les subventions ont toujours été utilisées non pas pour cette notion louable, mais uniquement pour les besoins de cette entreprise et l'égoïsme primaire de ses syndiqués...
Ava basta, le système a vécu, la loi du marché que vous le vouliez ou non, si ce n'est pas la panacée, profite au plus grand nombre et pas uniquement à ceux qui sur le dos des autres travaillent 1 jour sur 2 ! Et par pitié arrêtez votre intox et vos éternelles rengaines imprégnées de mensonges !