Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Michel Stefani

La Balagne n’est pas le parent pauvre des CFC

28 Août 2015

Réflexion adressée à la rédaction locale de Corse Matin

Dans votre édition du jour vous faites un reportage sur l’activité des CFC en Balagne. Nous nous en félicitons. Toutefois votre article laisse entendre que la Balagne serait considérée comme une entité à part qui plus est discriminée s’agissant de la politique d’investissements. C’est absolument faux.

Pour ce qui est de l’extension de la CCVU une étude est en cours pour déterminer le phasage le plus pertinent. La Balagne est concernée au même titre que le Grand Ajaccio ou le grand Bastia et la relation entre ces trois pôles d’activité. Cet investissement sera déterminant pour développer l’exploitation sans diminuer le niveau de sécurité. Cinq créneaux de croisement vont être créés et des infrastructures réalisées pour recevoir la technologie afférente à ce type de gestion informatisée des circulations. Il faut du temps pour cela mais effectivement l’objectif est de pouvoir en disposer dans les cinq ans. Le montant de cet investissement est estimé à 40 M€.

S’agissant de la réfection des quais, elle ne dépend pas de la capacité du chef de secteur à obtenir les financements mais de la mise en œuvre du schéma des investissements ferroviaires voté par les élus de l’Assemblée de Corse. Les choses se font et se feront normalement, de manière échelonnée, en Balagne comme partout ailleurs, pour pouvoir accueillir dans les meilleures conditions les usagers en nombre grandissant. L’aménagement de la pinède de Calvi, les quais des gares de Calvi et d’Ile Rousse qui ont été reconfigurés, la reprise des ouvrages d’art témoignent de cette réalité.

Enfin, les AMG arrivent à Calvi depuis plus d’un an et il n’est pas anodin de rappeler que, dans le cadre de cette modernisation des CFC, est prévue la construction d’une gare moderne et multimodale à Calvi. Voila pourquoi, rien ne permet d’affirmer que la Balagne est « le parent pauvre » des CFC. Sur l’ensemble du réseau l’approche est fondamentalement identique et la progression se vérifie ainsi partout. Aujourd’hui, les CFC produisent, dans ces conditions, un million de kilomètres train et transportent un million de passagers. S’ajoute à ça l’offre de service public qui, dans le cadre d’un plan de transport toujours mieux ajusté, répond correctement aux attentes des usagers.

Michel STEFANI

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article