Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Michel Stefani

En fait Jose Rossi n’a pas changé

7 Août 2015

Jose Rossi le promet, si les Corses oublient qu'il a été longtemps un pilier de la majorité régionale Roccaseriste, s'ils lui font confiance malgré cela, il sera un président de l'Exécutif à temps plein dans l'intérêt de la Corse. Si Camille de Rocca Serra lui passe devant il acceptera le poste de président de l'Assemblée de Corse.

Lui qui a été longtemps parlementaire, ministre et président de région et du département de la Corse du sud sait de quoi il parle. Pour pouvoir se consacrer comme il le faut à une telle tâche il ne faut pas être parlementaire. C'est aussi pour lui une façon d'anticiper sur 2017 et l'application de la loi sur le non cumul de mandat. D'ailleurs pour annoncer sa candidature il était entouré de deux parlementaires qui ne seront pas candidats mais portes parole et coordinateurs de sa campagne.

Le bougre est confiant et même satisfait de cette primaire à droite que les électeurs trancheront. Dans une région qui vote Sarkozy à 60%, il considère que l'union se fera objectivement pour barrer la route à Giacobbi lequel en 2010 n'avait obtenu au premier tour que 15% des suffrages exprimés. Zuccarrelli et Renucci ont disparu des radars dit-il les communistes ne feront plus 10% le binôme Guidicelli Giacobbi et son PADDUC mortifère pour l'économie insulaire peut être battu au moment même où le rejet de la politique d'austérité Valls Hollande prépare un retour en fanfare de la droite dans toutes les régions.

Jose Rossi est perspicace il pense d'ailleurs que son nouveau mentor en vacance a Murtoli sur les terres Canarelli s'adressera aux Corses entre deux baignades dans les eaux turquoises et privatives de ce paradis pour grosses fortunes ou bons amis. Tout un symbole en effet José Rossi trouve qu'il y a trop de chômage en Corse; ce en quoi il a parfaitement raison; mais comme on ne l'entend pas critiquer la loi Macron on peut considérer que le bon libéral, ministre de Balladur s'en accommode bien volontiers.

En revanche, lui tapera du poing sur la table afin que les délibérations de l'Assemblée de Corse soient prises en compte à Paris. Il y mettra toute son énergie car cette mandature de transition doit préparer l'avènement de la Collectivité unique et du pouvoir unique qualifié de nouvelle gouvernance.

Ce faisant José Rossi va s'attaquer au chômage en Corse avec détermination il envisage même une fiscalité efficace sans toutefois dénoncer les détournements actuels des réfactions de TVA ou du vol de la taxe de transport. Pas un mot non plus sur la concurrence déloyale et la logique de casse de la SNCM pourvu que les low cost arrivent et tant pis pour les opérateurs historiques ils n'ont qu'à s'adapter au dumping fiscal social et tarifaire.

En fait Jose Rossi n’a pas changé.

Michel Stefani

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article